Notre histoire

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a été créée pour contribuer à instaurer, après la guerre froide, une ère nouvelle en Europe centrale et orientale. Elle a exercé depuis un rôle historique et acquis une expertise unique pour favoriser le changement dans la région, et au-delà.

 
La BERD a pour vocation de « favoriser la transition vers des économies de marché » et de « promouvoir l’initiative privée et l’esprit d’entreprise ». Cet objectif est son principe directeur depuis la création de la Banque au début des années 1990 et, même si la BERD a dû faire face à de nouveaux défis et a accueilli de nouveaux pays, il reste sa mission pour les années à venir.
 
La BERD a été créée à toute hâte pour relever le défi d’un moment extraordinaire dans l’histoire de l’Europe : l’effondrement du communisme à l’Est. Seulement 18 mois se sont écoulés entre la première évocation par François Mitterrand, Président de la France à l’époque, de l’idée d’une banque européenne, en octobre 1989, et le début des activités de la BERD à son siège de Londres, en avril 1991.
 
L’urgence et la capacité de répondre avec rapidité et détermination à des événements majeurs, que ce soit la fin de l’Union soviétique, les crises financières ou le « printemps arabe », ont d’emblée caractérisé les activités de la Banque.
 
Dans le contexte de frénésie du début des années 1990, la priorité accordée par la BERD au développement du secteur privé, en tant que principal moteur du changement en Europe centrale et orientale, s’est avérée à maintes reprises une approche bien inspirée. C’est à cette époque que la BERD s’est forgé sa réputation de spécialiste de la transition vers les économies de marché.
 
La Banque s’est fortement mobilisée dans des domaines comme la réforme des systèmes bancaires, la libéralisation des prix, la privatisation (légalisation et dialogue avec les pouvoirs publics) et la conception de régimes juridiques adaptés s’appliquant au droit de propriété, l’ensemble de ces facteurs étant essentiels au changement.
 
Ces réformes ont été appuyées par des conseils, des formations et des compétences techniques solides, et complétées par des investissements considérables dans le secteur privé et dans le secteur public. Les capitaux locaux ne suffisant pas à eux seuls à financer la transition, la Banque a apporté son aide en réunissant des capitaux extérieurs provenant de sources tant publiques que privées.
 
Cette expérience a été très utile à la BERD quand elle a étendu sa région d’opérations initiale à de nouveaux pays comme la Mongolie (en 2006), la Turquie (en 2009) et la Jordanie, la Tunisie, le Maroc, l’Égypte et le Kosovo (en 2012), L'île de Chypre (en 2014) et la Grèce (en 2015) . Elle exerce à présent ses activités dans plus de 30 pays, de l’Europe centrale à l’Asie centrale ainsi que dans la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen. La République tchèque est le seul membre à être parvenu au stade de la gradation par rapport à la BERD et à ne plus recevoir d’investissements de la Banque.
 
Grâce à sa connaissance du fonctionnement de l’économie de marché et à son engagement aux côtés d’autres institutions financières internationales, la Banque a pu largement contribuer à la stabilisation de la région et à la planification de la reprise à la suite du choc provoqué par la crise financière mondiale en 2008.
 
La BERD a cette caractéristique unique, en tant que banque de développement, d’être dotée d’un mandat politique, dans la mesure où elle aide uniquement les pays « qui s’engagent à respecter et mettent en pratique les principes de la démocratie pluraliste, du pluralisme et de l’économie de marché ». La préservation de l’environnement et un engagement vis-à-vis de l’énergie durable sont aussi au cœur de l’activité de la Banque.
 
La BERD sert les intérêts de tous ses actionnaires – 65 pays ainsi que l’Union européenne et la Banque européenne d’investissement – et pas uniquement ceux de pays qui ont reçu ses investissements. Nous avons tous à gagner à une intégration plus étroite et approfondie avec l’économie mondiale.

Les Présidents de la Banque

De juillet 2012 à ce jour : Monsieur Suma Chakrabarti
De juillet 2008 à juillet 2012 : Thomas Mirow
De juillet 2000 à juillet 2008 : Jean Lemierre
De septembre 1998 à avril 2000 : Horst Köhler
De septembre 1993 à avril 1998 : Jacques de Larosière
D’avril 1991 à juin 1993 : Jacques Attali